mercredi 29 mars 2017

Sauvetage

On parle souvent de recyclage en tout genre (matériaux, vêtements, etc.) mais on n'évoque pas assez à mon sens le sauvetage d'oeuvres ratées, vouées au mieux à l'oubli, au pire à la destruction. Et pourtant ce sujet concerne au plus haut point toutes celles et tous ceux qui fabriquent de leurs mains. 

Je ne sais pas ce qu'il en est pour vous mais moi je suis incapable d'abandonner un projet bien avancé ou de jeter un ouvrage raté. J'ai l'impression que tout le temps et tout l'argent que je lui ai consacrés s'envolent en fumée. Mais cette aversion pour le gâchis ne me condamne quand même pas à porter des vêtements que je trouve immondes ! Non, j'essaie simplement de voir tout leur potentiel et de sauver ce qui peut l'être.

J'ai un très bon exemple à vous présenter aujourd'hui.

Je voulais me tricoter un gilet noir capable de s'entendre avec une bonne partie de mes autres vêtements. J'avais en tête un modèle d'un vieux Pingouin (vous pourrez le voir à la fin de ce message). Il me plaisait depuis toujours et c'était l'occasion rêvée de le tricoter. J'ai donc acheté des pelotes de Fifty à la Lainière de Wazemmes et je me suis lancée. Malheureusement, pour une raison qui m'échappe encore, le résultat n'a pas du tout été à la hauteur de mes espérances ! Premier problème : l'encolure. Le côté droit était parfaitement réussi tandis que le côté gauche n'était pas assez échancré. Je me suis apparemment trompée en diminuant mais ça ne m'est apparu qu'après assemblage de toutes les pièces. Dommage... Deuxième problème et pas des moindres : les pans du devant de la veste paraissaient immenses, disproportionnés et extrêmement pointus. Très moches quoi ! Troisième et dernier problème : quand on tricote un modèle du début des années 90, il faut quand même s'attendre à ce que les épaules soient un peu larges et tombantes. 

J'ai regardé mon gilet fini, je l'ai détesté mais je n'ai pas eu le coeur de le mettre au rebut. Alors j'ai attendu quelques jours jusqu'à ce qu'une idée germe pour tirer le meilleur parti de mon oeuvre décevante. Et voici cette idée : j'ai tout d'abord décidé de passer un fil de couleur sur le bord d'encolure raté en utilisant comme repère le bord réussi. Puis j'ai surfilé à la machine à coudre le tricot le long du fil coloré. Ensuite, j'ai coupé au ras de cette zone surfilée. Les deux côtés étaient à présent identiques (en miroir) mais il fallait évidemment faire une bordure qui serve de cache-misère. J'ai alors tricoté une bande de point de riz que j'ai cousue en la pliant en deux le long de l'encolure. Opération réussie ! Deuxième étape : j'ai coupé les affreux pans du bas après avoir surfilé de la même façon que l'encolure la zone que je souhaitais conserver. J'ai tricoté une autre bande de point de riz que j'ai cousue sur tout le bas. Enfin, j'ai passé un fil de fronce dans les épaules (un morceau de laine dans la couture) afin de réduire d'un tiers la largeur, puis j'ai cousu des épaulettes maison (réalisées très facilement avec un reste de molleton pour patchwork et du tissu de coton noir). 

Et tous ces efforts m'ont permis d'obtenir une veste qui, certes, ne correspond plus à celle que j'avais en tête mais qu'au moins je peux mettre avec plaisir !

2017-034

IMG_2968bisAlors vive le sauvetage des ouvrages en péril !

IMG_2970

Posté par SoniaPetitPoint à 12:59 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :